Il y a deux mois, j’ai offert à un amis pour son anniversaire des tickets pour aller voir le dernier spectacle d’Akram Khan au Théâtre de la Ville – enfin, pas vraiment au Théâtre de la Ville, au 13ème Art, théâtre Place d’Italie. Sympa d’ailleurs. Bref. C’était lundi soir dernier. J’avais oublié. La honte. Lundi, dans l’après-midi, il m’envoie un texto me demandant vers quelle heure l’on se retrouve. Interloqué, je me rappelle. Akram Khan, bien sûr. J’annule mes plans de la soirée. Normal. Et avec joie – oui, vraiment, j’étais moi aussi excité – nous allons voir de la danse. Des corps, divers en plus, en mouvement, dans un décor de fin du monde. Champ de bataille. Une musique, bien trop forte, assez insupportable, mais pleine de sens. Des tenues, comme si la guerre venait de se terminer. Une performance, sans beaucoup d’espoir, mais pas négative du tout. Un appel, un rappel de ce que le monde a à nous offrir. Une pause, d’une heure environ, dans un quotidien qui nous en demande trop. Un moment chorégraphique, artistique, vivant. Nous sommes sortis, nous étions tranquilles, apaisés et satisfaits. Nous avons marché de Place d’Italie à République dans l’air humide de Paris. Il n’y avait personne dans les rues. On mangeait des chips. C’était lundi soir. Moment. Halte relaxante qui donne à la vie tout son sens.

#574f4d L’atmosphère du spectacle d’Akram Khan était, malgré tout, grise.

Maxie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :