Il fait chaud. Toute la journée, notre peau est moite. Le soir, avant de me coucher, je me rince en 20 secondes, et je m’allonge sur mon lit, sur les draps. Je suis sur le dos, je ne bouge pas. Je suis nu. Ma peau tout juste rincée n’est plus collante. Alors, la chaleur est agréable. Fenêtre ouverte, j’entends les voitures et je sens une petite brise qui me rafraîchit juste ce qu’il faut. Il fait sombre, couleur du jour, la nuit est enveloppante. J’ai envie de câlins. J’ai envie de sentir ta peau contre la mienne. J’ai envie que tu me prennes dans tes bras et que tu me caresses doucement. Je veux, moi aussi, sentir ta peau réchauffée sous ma main et parcourir ton corps. Progressivement, nos deux peaux se colleront l’une à l’autre et nos corps emmêlés brûleront. Petit à petit, ils se mouleront, ensembles, en une forme nouvelle, création de l’instant. Nos transpirations mélangées créeront cette barrière entre nos corps et le monde extérieur que la petite brise qui passe par la fenêtre ne parviendra pas à percer. Lentement, nos peaux redeviendront moites, ensembles. On sera seuls, dans cette chambre et on aura chaud. Mais cette fois, ce sera le fruit de notre étreinte et non pas de la météo.

#01143c

Maxie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :