Ce soir, Notre-Dame a brûlé. Ça a commencé à 18 h 50. À 19 h, je recevais déjà 5 textos pour m’annoncer la nouvelle (de personnes qui ne vivent pas en France pour la plupart, au courant avant nous, Parisiens). J’étais dans le métro. Mon premier réflexe ? Vérifier l’info. C’était vrai. Mon deuxième réflexe ? Envoyer des textos à mes potes et alimenter ma story Instagram. Il faut bien que le monde sache que je sais, vous ne pensez pas? Une fois chez moi, j’ai regardé les infos. J’ai vu ces images troublantes d’un patrimoine en destruction, entendu ces commentaires passionnés de citoyens aussi éberlués qu’impuissants et ai été choqué devant la possibilité même que les pompiers soient bloqués dans la circulation. En même temps sur mon téléphone, ce sont les stories de mes « amis » qui ont commencé a se montrer. Chaque utilisateur y allant de sa petite larme, de sa petite citation, de sa blague nerveuse (une photo du Quasimodo de Disney qui sort des flammes restera ma favorite). Partageons notre émotion. Partageons notre chagrin. Partageons. Partageons. M. Trump ne s’est pas gêné lui, y allant de son petit commentaire : « So horrible to watch the massive fire at Notre Dame Cathedral in Paris. Perhaps flying water tankers could be used to put it out. Must act quickly! » On en sort grandi, vous ne trouvez pas? Bref, fluctuat nec mergitur en veux-tu en voilà, Twitter est pris d’assaut, mon favoris revenant cette fois à @rtraister : « Fluctuat nec mergitur and I don’t even know if I mean that about Notre Dame or this stupid dick with his flying water tanks or Paris or the whole world or if I even believe it but it’s kind of all I’ve got ». En effet, tout part en couille, à tel point que cet événement a gâché une soirée GoT qui s’annonçait grandiose avec un Jon Snow ressuscité qui apprend qu’il est l’élu. Ça va bien avec le thème de la soirée vous me direz. On conclura tristement que Victor Hugo avait raison depuis le début. En 1831, dans son célèbre roman, il écrit :

« Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moment un lambeau dans la fumée. »

Je vais me coucher, réalisant que je vais me réveiller dans un monde sans Notre-Dame. Je n’ai pas envie. La journée sera rouge.

#7a1515

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :